Peine à commencer

Déposé sur le bord d’une route,
copain transparent
Tu t’imposais à la vue, repoussant d’originalité
Engoncé dans un corps, dont seuls de longs cheveux gras ressortaient
te recouvrais de vêtements de femme, vêtements de seconde vie, alors que la première commence à peine

Toi, larve
qui ne sortais pas de ce cocon tant exécré
Larve-toi, ni-homme, ni-papillon
Je t’ai déposé sur le bord d’une route
tu m’emcombrais de ton étologie subie.

(2016)

Advertisements

If you want to say something... Just say it.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s