L’absent de Claude Roy

Claude Roy is the first poet who made me cry.

La part du vent la part du feu
faites en celle de l’absent
vivant ou mort un peu des deux
et de la neige au lieu de sang

Vivant et mort si décevant
qu’il se dérobe devant nous
La part du feu la part du vent
celle de l’absent parmi nous

Devant le feu gardez sa place
coupez pour lui un peu de pain
Il émergera de la glace
pour y replonger au matin

Un peu de nuit dans le regard
un peu de neige au lieu de sang
invité toujours en retard
et plus qu’il ne faut transparent.

Advertisements

If you want to say something... Just say it.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s