C’était un adieu

C-etait-un-adieu

[To be heard]

Sa voix se fit fébrile

Je suis une montagnarde
Mon père était des Pyrénées
Ma mère de Lozère

Les sanglots interrompirent le flot de paroles

Quand j’étais petite
j’aimais jouer au bord du ruisseau

je raccrochais.
Aufhören. Ablehnen. Auflegen.
Je pleurais.
Les larmes parcouraient mon corps
à l’envers,
le décor.

Durant trois unités, pleurais.
Les images défilaient,
les larmes ruisselaient.
Innondée,
j’y étais au bord du ruisseau
et l’observais
cette fillette à peine rencontrée.

Loin d’être un aveu,
c’était un adieu.

Advertisements

If you want to say something... Just say it.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s